15 juin 2012

Choisis ton côté !

7 commentaires:

piedssurterre a dit…

Fière d'en être, même si ça n'a été que par l'énergie et par la pensée ! Bravo à vous tous ! Et merci !

anne des ocreries a dit…

super hein ?!

Éric McComber a dit…

Merci beaucoup d'avoir parcouru ce chemin avec nous, Frankie.

Grand-Langue a dit…

Avec toutes ces manifestations aussi originales que répétées, il y a de la matière à faire plusieurs vidéos et montages de qualité.

Cela ne me sensibilise pas à la cause étudiante (que je crois fausse) ou sur la division entre les "bons et les méchants" (choisis ton côté) mais ça me rassure sur la nature humaine.

Si seulement on pouvait manifester pour autre chose qu'un peu d'argent.

Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une cause élargie... j'espère quand même.

Grand-Langue

Éric McComber a dit…

Pardonnez-moi mon coup de sang, mais au-delà des balivernes que votre commentaire comporte, ce qui m'a fait voir rouge, c'est ce ton. Je vous soupçonne, monsieur, d'être un sot.

Il faut en être pour oser prononcer pareille ineptie alors que les enjeux, répétés inlassablement sur les innombrables sites et repris sur les banderoles, pancartes et dans les chants divers auraient pu, auraient dû, vous informer. Mais peut-être étiez-vous déjà inexorablement informe.

Quoi qu'il en soit, je sens le bon fauteuil confortable sous votre cul dans votre façon de parler de tout ça. Je comprends que vous n'avez pas encore pigé ce qui est en train d'arriver à votre coin du monde, et que ce phénomène est en route sur toute la Terre. Nous n'avez pas même commencé à réfléchir et à ressentir cette évidence, qu'on fait face à un affrontement névralgique, que cette bataille du Québec est un des premiers terrains où va se jouer au cours des prochains mois la liberté de la race humaine et de la planète entière.

Que votre confort vous suive, Grand-langue, jusque dans sous-sols humides où les chiens vous traîneront par les orbites. C'est peut-être à ce moment-là que vous aurez un sursaut de réaction humaine, «eh! mais ne me faites pas mal, à mouaaah!». Il sera bien sûr trop tard, et comme autant de légumes dans l'Europe centrale des années 40, vous passerez à la moulinette, vingt ou trente mois après ceux qui auront tout tenté pour empêcher le cauchemar.

Profitez bien de votre sursis. Lancez-vous dans l'élaboration d'un herbier, ou d'une collection de timbre !

piedssurterre a dit…

Sauf le respect que je vous dois Grand-Langue, et malgré l'affection naturelle que je suis tentée de porter à ceux qui me font l'honneur de passer chez moi, Eric a foutrement raison ! Il est plus que grand temps d'ouvrir les yeux !

Laure K. a dit…

Merci pour le relai diffusion.
Pour ce qui est du reste je garderai moi ma langue dans ma poche. Tout a été fichtrement bien dit.