20 avril 2011

La chanson râpeuse

La blessure est légère 
Une perle de sang coule de la petite faille 
Une goutte, une seule 
Une larme écarlate, presque sèche déjà 
Dont les reflets brillants pâlissent sur ma joue 
s’effaçant doucement 
Et demeure
Seulement le souvenir brûlant 
De la larme écarlate, dissoute par le temps 
Glissant de ma paupière 
Sur le brun de mes cils
A sa source, une ride, creusée comme un sillon 
Par le soleil enfui qui s’éteint lentement
En porte la brûlure 
Dont le rose écorché est gravé sur ma peau.


Merci à Eric pour le titre

5 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Tu écris de beaux textes, Framb, mais pas bien gai gai celui-ci....pas d'actu j'espère !

piedssurterre a dit…

Non ma belle pas d'actu.
Juste une chanson râpeuse, commencée a Noel, et finie hier, parce que ça m'embêtait de ne pas avoir pu la finir.
T'es un ange ...
Bisesxxxxxxxx

anne des ocreries a dit…

merci ! :)
xxx itou - heuuuuu..."ange", t'as dit ? 'coute...j'pourrais pas être juste juste un peu une peste aussi, juste de temps en temps comme ça, pasque des fois, c'est pas marrant, "ange" ! chanter les louanges du Très-Haut (déjà que je "crois" pas), affublée d'une sorte de biaude blanche, boaf quoi....ça va bien 5 minutes ! :))))

bon week-end pascal, Framb !

piedssurterre a dit…

Des fois un ange, tellement attentionnée, et puis des fois, un petit diable, c'est comme tu le sens les références c'est pasque c'est Paques, ou je bouffe du chocolat avec mes gosses. Le Tres Haut, j'y crois pas moi tu sais !
On se casse demain dans les Cévennes ! une semaine au le vert ! Youpi !

anne des ocreries a dit…

wow ! bonne semaine ! :)