25 novembre 2010

Cabossée

Depuis cet été je la vois tous les jours. Elle fait la plonge au snack et je n’ai jamais vu quelqu’un travailler si vite. Un véritable ouragan. Les piles de vaisselle sale accumulées en début de service disparaissent comme par magie sous ses mains agiles en l’espace de quelques minutes.
Depuis quelques jours, elle ne peut plus travailler. Une peine de cœur, m’a-t-on dit. En prenant le soin de rajouter « Comme d’habitude »
Ce comme d’habitude me fait mal pour elle. Je sais que dans le village, sa vie un peu bousculée est connue de tous. Elle semble s’en moquer et mène sa barque tumultueuse entre rires et pleurs, problèmes de fric et petits boulots, en trimballant ses deux mômes dans sa galère.
Elle s’est installée à la dernière table au fond sur la terrasse.
Elle commande un double Martini. Son visage est défait et ses yeux rougis témoignent de ses nuits sans sommeil.
Elle semble anéantie et le peu que je sais d’elle me laisse penser que ce n’est pas la première fois qu’elle s’attache à un homme qui met fin à la belle histoire après quelques jours. Je pense à ses fils avec lesquels elle semble si complice. Son aîné est passé hier et j’ai eu l’impression qu’il était un peu perdu.
Je lui apporte une assiette à laquelle elle touche à peine, déchirant les aliments avec sa fourchette sans presque rien avaler. Elle allume cigarette sur cigarette, l'oreille collée à son cellulaire.
Je me souviens d’elle le lendemain de leur rencontre. Elle était rayonnante. Après quelques jours, elle débordait d’énergie. Elle y croyait, elle voulait tout changer dans sa vie, prendre un appart, lui faire une place dans sa vie. J’avais été un peu sonnée de la voir si amoureuse au bout de quelques nuits. Ses yeux brillaient et elle évoquait un mutuel coup de foudre. J'étais contente pour elle.
En quelques mots, je comprends que son prince charmant s’est transformé en un être menteur et fuyant qui n’ose pas lui dire qu'elle s'est un peu emballée, ou qu'il s'est trompé, ou qu'elle n'est qu'une belle de plus à son tableau de chasse. Ce qui est fort possible au vu des sourires charmeurs et insistants qu'il m'adresse quand il vient déjeuner. Elle vient de le comprendre et je lis dans ses yeux une peine qui se transforme en fureur lorsqu’elle déchire en mille morceaux la photo qu’elle devait il y a à peine quelques heures regarder amoureusement.
Je n’ai pas le cœur de lui lancer l’éternel « Allez ma Belle, un de perdu, dix de retrouvés » que ne manqueront pas de lui servir ses potes. Je voudrais juste être capable de trouver les mots pour la consoler vraiment.

3 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Y a pas grands mots à dire....y a juste des réflexions à mener. D'où vient qu'elle s'entiche si vite et si fort ? et pourquoi toujours du même type d'hommes ? y a des nanas qui malgré elles s'en retournent toujours au casse-pipe, faute de savoir trouver ce qui en elles les amène à toujours se faire la proie d'une variété très précise d'individus qui vont les piétiner.....et tant qu'elle n'aura pas changé ses attentes, et réparé son estime de soi, elle va retomber, encore et encore, se dépréciant à chaque fois davantage.
C'est ce cercle vicieux-là qui est à briser.

manouche a dit…

Toujours la même erreur recommencée, c'est tellement bon de se sentir amoureuse,une drogue dure qui magnifie la vie, cela vaut la peine de souffrir encore et encore...
Paraitrait que certaines ont décroché le gros lot...z'avez la recette?

piedssurterre a dit…

J'ai pas la recette, non. Sinon je serais toujours amoureuse du même homme depuis toutes ces années...
Anne, tu vois juste. Certains hommes ont le don de t'amener à tomber raide et à te planter, instinct de chasseur sans doute. Ceux-là, il faut les affronter à armes égales...Corps à corps et rien d'autre, mais sincèrement, je ne crois pas cela possible. Quand les corps exultent, le coeur s'embarque aussi, non ? Moi je les fuis, parce que je suis un coeur tendre, mais c'est loin d'être aussi simple. Personne ne peut vivre sans amour, on sait tous ça.