02 février 2011

Sable mouvant

Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s'est retirée
Et toi
Comme une algue doucement caressée par le vent
Dans les sables du lit tu remues en rêvant
Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s'est retirée
Mais dans tes yeux entr'ouverts
Deux petites vagues sont restées
Démons et merveilles
Vents et marées
Deux petites vagues pour me noyer. 

Jacques Prévert

4 commentaires:

manouche a dit…

Ce Prévert quel régal et si bien mis en chanson par Cosma!

anne des ocreries a dit…

wouahouuh ! super fortiche, j'adore ! d'une telle sensualité...

É. a dit…

Y presque rien comme un petit coup de Prévert au lever.

piedssurterre a dit…

A part un doux baiser dans le cou. :)