21 octobre 2010

Un nouveau jour

La lumière blême du matin m’éveille. L’automne offre à mes yeux à peine ouverts la valse ocre des feuilles mortes virevoltant dans le vent froid. Valser avec le temps qui reste. Joyeusement, rendre légères et pleines et rondes comme les joues de mes enfants les premières heures de ce jour et leur insuffler au réveil la joie d’exister. Qu’importent les nuits sans sommeil et les songes éveillés, puisque seul compte à présent le chemin à tracer dans le sillage de leurs sourires retrouvés.

5 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Exactement ! Tu tiens le bon bout, Framboise ! Accroche-toi !!
bises :)

manouche a dit…

De sourire en sourire, les journées sont légères...

manouche a dit…

...
Marjolaine
Et sa laine
Jersey;Guernesey
Iles
Il n'est plus des notres
Parti sur son cotre
Autre Hélène
Marjolaine
Tisse sa peine.
Pour toi avec un smack.

É. a dit…

:0)

piedssurterre a dit…

Anne, oui je crois que ça va aller !
Manouche, merci ma douce.Tu ne peux pas savoir à quel point tu vises juste !
E : je sais jamais si :O) veut dire c'est super ou tu me fais marrer ! Comme dirait Flash, ce sont des craintes baudelairiennes ! (tite crise de parano, tu sais ça, mais bon)