01 septembre 2010

Etrange matin

Un jour, à force d'étouffer le trop plein de silence, on se retrouve un matin, la tête vide et les yeux sans larmes à chercher dans l'oeil du cyclone un moyen de recoller encore une fois les morceaux d'un amour ébréché. Bruits étouffés dans le silence de la maison endormie, lumière blafarde des lampadaires dans la rue. Le soleil brillera tout à l'heure, comme si de rien n'était.
Etrange matin.



3 commentaires:

Laure K. a dit…

dureté des matinées cinglantes, elles sont rares j'éspère...

shaton a dit…

étrange matin et texte magnifique.

Éléonore a dit…

ça aussi c'est émouvant. le soleil semble cruel de briller quand même, indifférent...