20 août 2010

Canal du Midi, le journal # 5 et 6

Départ à la fraîche
Au départ de la Pujade, Lili a conservé son chargement. Nous prenons la route et au bout de quelques kilomètres nous parvenons à la convaincre que son sa douleur disparaîtra plus vite si elle consent à nous laisser porter ses sacoches. Elle finit par accepter, se souvenant sans doute de sa souffrance d’hier, lorsqu’elle pédalait en serrant les dents. Voilà donc les vélos parentaux chargés de ses deux sacoches. J’en accroche une à l’avant de Mercedes et Tony charge l’autre sur son porte bagages.
les vélos chargés comme des mules

La Cité de Carcassonne
Nous repartons et roulons sans encombre jusqu’à Carcassonne.
Carcassonne, c’est très fréquenté, et il y a un seul camping. C'est un de ces énormes campings appartenant au groupe Trigano ou genre, avec piscine et tout le tralala. La piscine, ça fait quand même un peu rêver les mômes, vu qu’on ne peut pas se baigner dans le Canal. Et puis il y a une salle de jeux avec des flippers et un baby foot. C'est pas franchement bon marché, et on nous demande 3,50 par nuit pour notre chien. Ambiance. Je commence à craindre le pire, mais l’espace vélos est plutôt sympa et nous nous plantons nos tentes sous les arbres, entre cyclistes.
Notre équipe est assez repérable et les voyageurs qui nous ont croisés sur le chemin passent échanger quelques mots ou adresses. Nous retrouvons Alex et son copain, qui pédalent depuis Toulouse comme nous et que nous avons déjà croisés à Castelnaudary. Un groupe de bretons très marrants nous invite à venir pédaler par chez eux et à passer les voir en juin prochain pour la fête du Vélo de Séné, dans le Morbihan, et promettent aux enfants de les approvisionner en magnifiques pouët pouët rouges pour signaler leur présence aux autos !
Jean Sé et Agnès arrivent bientôt et s'installent avec nous. Le repas communautaire commence à se préparer et la soirée s'annonce douce et tranquille.
En plantant la tente, Tony trouve un pendentif de Lapis Lazuli et un médaillon. Ces trésors déterrés font briller les yeux de Nino et Lili, qui les reçoivent aussitôt comme cadeaux d’anniversaire.
La bière achetée à la boutique du camping est bien fraîche, les arbres nous abritent sous leur feuillage. Y a pas de bruit de radio ni de télé. J’ai pas checké les nouvelles du monde depuis 6 jours. Je renonce même à me rendre à l'espace internet pour consulter mes mails.

Allongée dans l’herbe, je me dis qu'il suffit de pas grand chose pour que la vie soit simple et douce.

Jean Sébastien et Agnès terminent leur séjour. Ils se font une dernière roulade jusqu'au gîte qu'ils ont réservé pour une nuit de repos dans un vrai lit, puis ils reviendront dimanche prendre le train à carcassonne. 
Nous leur disons au revoir au matin, et nous nous promettons tous de nous retrouver très bientôt à Marseille, où ils vivent. C'est tout près de chez nous, et nous sommes tous heureux de nous être trouvés ici. 
N'ayant plus nos compagnons de route, nous avons décidé de rester une journée de plus, et nous partons à pied vers la Cité médiévale de Carcassonne. 
Escalader les remparts ....
... ça change du pédalage !
Ben, la cité médiévale de Carcassone en août, c'est.... bourré de touristes, de boutiques à touristes, de restaus à touristes... Ca me rappelle le Mont-Saint-Michel...

7 commentaires:

gaétan a dit…

pas de tv pas de radio la sainte paix du monde :-)
Le nom Carcassonne m'a toujours fait rêver...

Yvan a dit…

Ben ouais.
J'aime bien ton récit cycliste.:)

piedssurterre a dit…

Oui Gaétan, la sainte paix du monde, c'est ça.
Carcassonne, c'est vraiment impressionnant. Faudrait y aller en hiver quand tous les trucs commerciaux merdiques sont fermés pour vraiment apprécier le plaisir de déambuler à l'ombre des remparts, dans le dédale de ruelles pavées. Je suis native de Saint-Malo et j'ai vécu plusieurs années dans la ville close. J'y ai donc retrouvé une atmosphère que je connais bien, mais y avait vraiment trop de monde !

Yvan, c'est tout bête, de pédaler le nez au vent, et de ne vivre que le moment qui passe. C'est tout bête et c'est bon, parce que ça repose vraiment, contrairement à ce qu'on peut craindre. C'est pas fatiguant du tout, juste une déconnexion totale, de vraies vacances !

Accent Grave a dit…

Quel magnifique voyage!

Cet endroit aux abords de Carcassonne doit constituer une agréable pause pour les enfants.

J'y suis allé il y a trois ans mais j'avoue avoir préféré les sites enchanteurs comme Lagrave ou St-Hilaire, moins contaminés par les touristes et les pratiques commerciales.

Accent Grave

piedssurterre a dit…

Oui Accent, je suis bien d'accord, le seul hic, c'est que pour visiter les sites un peu éloignés du Canal faut prendre la grand'route. Et la grand route, c'est pas cool du tout quand on roule à vélo avec des minots !

shaton a dit…

Bien dit.
Comme toi, j'ai vu la Cité en hiver et en été. C'est comme tous les endroits franchement (trop) touristiques de notre monde : Mont-Saint-Michel (tu l'as cité), Vèzelay, Saint-Circq-Lapopie, Salzbourg, etc.
Quand c'est en pleine saison, c'est un enfer et c'est surtout un enfer marchand.
Mais ça reste un endroit magique !

anne des ocreries a dit…

Bin, ouais, y a des lieux comme ça, faut les éviter comme la peste au mois d'aôut ! ils te donnent l'impression non plus de parler, mais de roucouler...:)