17 mai 2010

Marmites communicantes ?

Il est fort probable que dans les semaines qui viennent je ne passe plus beaucoup de temps par ici. Car voilà, c’est fait. Les mois passés à tenter de décrocher un job pour faire bouillir la marmite ont enfin abouti. J’ai retrouvé du travail. Dans quelques jours, je serai debout un matin devant un piano et il faudra bien après un dernier petit café bu sur le coin du bar, que les idées et l’envie me reviennent. Demain je ressortirai mes vestes blanches et les passerai dans la machine à laver pour les remettre dans le circuit si salissant d’une cuisine de restaurant. Sans doute que par moments la fatigue m’amènera encore des larmes de rage au coin des yeux. Sans doute mes mains brûlées et mes doigts tailladés de petites coupures me feront encore souffrir, sans doute serai-je encore emportée par le doute et la crainte de ne pas être à la hauteur. Sûrement que je me dirai à nouveau que ce métier est un véritable enfer. Sans doute ce sera dur d’aller chercher encore en moi l’énergie de lancer la production, de supporter la chaleur, de veiller à la précision des cuissons et d’être au four et au moulin l’espace de ces quelques heures qu’on appelle si justement «  le coup de feu ». J’espère que je  finirai encore chaque service avec l'espoir d’avoir réussi à faire naître des sourires sur les visages et le contentement au creux des estomacs rassasiés. Je m’étais pourtant juré de ne plus jamais refaire ce boulot. J’avais envie d’un travail moins pénible. Je sais tellement la dureté de ce labeur, j’ai tant de souvenirs de services épuisants lus dans les yeux de ceux qui m’ont accompagnée dans mon aventure passée de restauratrice. Mais cette fois ce n’est pas mon bébé que je vais porter à bout de bras, et ça me rassure juste un peu de savoir que je n’aurai en fait qu’à me laisser aller à faire ce que j’ai malgré tout adoré pendant toutes ces années, simplement cuisiner. Peut-être bien que je pourrai de temps en temps sortir la tête de mes gamelles et venir vous causer un peu par ici de marmites odorantes ou de musique ou de tout et de rien de moi ma tête ou de moi mes pieds repartis de concert sur un nouveau chemin.

7 commentaires:

manouche a dit…

tous mes voeux t'accompagnent, bon courage, ça va marcher,chaud devant!

anne des ocreries a dit…

Super contente pour toi Framboise ! on ne te laissera pas choir en attendant, et on t'espère de passage à l'occasion ! Ah, vraiment c'est chic ! courage !!

helenablue a dit…

Oui, tout comme Anne je suis bien contente pour toi, et espère vraiment que tu retrouveras sans trop de difficulté la joie de cuisiner et de donner du plaisir... On sera là, quand tu passeras nous faire un p'tit coucou, et on pensera tous les jours à toi, surtout aux heures table!
Enjoy!

Amitiés
Blue

gaétan a dit…

Ba... le web c'est pas tout dans la vie. Surtout quand ça n'apporter pas à manger.
Bonne chance dans ton nouveau travail et sûr que je prêterai attention aux odeurs de resto qui émaneront de ma blogliste :-) de temps en temps.

Yvan a dit…

Bonne chance FranFran.

piedssurterre a dit…

Bonjour à tous, et merci pour vos encouragements,à plus tard et bises

jean jacques a dit…

bon courage et plein de bonnes choses
hum mais ça sent bon
A TABLEU!!!!!
;-)