18 mai 2010

Pensée du jour


Aussi longtemps qu’on ne le prend pas au sérieux, celui qui dit la vérité peut survivre dans une démocratie.

Nicolás Gómez Dávila
philosophe colombien

2 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Etonnament vrai.....hélas. Mais il pourrait encore moins survivre sous les autres régimes, ne l'oublions pas.

manouche a dit…

"le premier qui dit la vérité il doit être exécuté"!