07 avril 2010

Obsédant visionnage

Ce matin, je pensais à écrire un petit machin sur mon agacement extrême à entendre au réveil sur l’antenne de France Inter les débats ô combien existentiels liés à la propagation d’une rumeur concernant le couple présidentiel de notre belle France. Je m’interrogeais sur l’intérêt de consacrer autant de temps d’antenne à ce sujet et ne pouvais m’empêcher de penser que tout ça, c’est de la poudre de perlimpinpin. Pendant qu’on les occupe à disserter au déjeuner sur cette brûlante info, les Français ne pensent pas à autre chose. Une bonne petite histoire de cocufiage en ces journées de printemps où tout le monde est enclin à s’adoucir en même temps que la température, c’est léger, ça ne mange pas de pain, me disais-je.

Mais, en allumant mon ordinateur ce matin, et en suivant mes favoris, je suis tombée sur la publication d’Éric McComber . J’ai visionné ce document. Et je n’ai pas depuis, cessé d’y penser.
Âmes sensibles  s’abstenir. Peut-être.
Mais non.
Au moment où je vous écris, Google m'informe que cette bombe médiatique est diffusée et commentée sur les sites Internet du Figaro International, du Monde, de Radio Canada…

… « C'était le matin du jeudi 12 juillet 2007, dans la cinquième année de la campagne menée par les armées etats-unienne et britannique pour pacifier l'Irak et rétablir la démocratie après le renversement et l'exécution du dictateur Saddam Hussein. (source Reuters, 2007).

Je lis que le rédacteur en chef de l’Agence Reuters soutient ( à présent) que cette vidéo constitue « une preuve tangible des dangers du journalisme de guerre et des tragédies qui peuvent en résulter ».


Radio-Canada.ca/ titre « Vidéo embarrassante pour l'armée américaine ».


Ailleurs, le mot employé pour qualifier ce qui s’est passé le 12 juillet 2007 est le mot « bavure ».


Une bavure. Une vidéo embarrassante ?


Vraiment ?


Qui croira que les soldats américains ne font pas la différence entre une caméra et un lance-grenade ?


Qui acceptera que l’on puisse l'amener à penser que face au danger, plus un seul journaliste digne de ce nom ne devrait risquer sa vie pour témoigner de ce qui se passe là-bas et ailleurs ?


Qui admettra qu'on achève un homme blessé rampant à terre, en invoquant par la suite la présence d'un groupe armé ?


Pas moi, en tout cas. Pas gober cette merdre de messages à aveugler les endormis.


photo Namir Noor Eldeen.

6 commentaires:

anne des ocreries a dit…

Ecoeurée.

piedssurterre a dit…

Résistance.

gaétan a dit…

Cette vidéo tourne sur plusieurs chaînes québécoises.
Ici aussi (au Québec) les médias sont remplis de potinage. L'info-divertissement quoi.
Anecdote:
Quelques fois par semaine je me rends (plus le cas pour plusieurs semaines mais j'ai une commissionnaire en or) à la tabagie du coin acheter un quotidien que je qualifierais plus sérieux que les autres. Souvent les différents commis me disent trouver le quotidien en question peu épais. Chaque fois je leur réponds que c'est parce qu'il y a plus de nouvelles que de pub, et que les nouvelles sont plus approfondies que dans les autres quotidiens. Ils ne semblent pas comprendre parce qu'ils me passent ce commentaire sur l'épaisseur de ce journal à plusieurs de mes visites.

piedssurterre a dit…

Il faudra bien du temps pour que cette vidéo sorte du classement des outils de propagande des "extémistes anti-guerre", comme je l'ai lu ce matin sur un site de journaleux relayant la dégueulasse campagne de désinformation ambiante. Aussi dégueulasse que cette guerre menée au nom du rétablissement de la démocratie en Irak. Puisse l'humanité porter encore des gens comme Namir Noor Eldeen. Pour qu'il ne soit pas mort pour rien.

É. a dit…

Je suis un extrémiste anti-guerre. À fond. Je porte même des chaussettes de laine dans mes birks.

piedssurterre a dit…

Ah, moi c'est sans chaussettes les birks. Féminité oblige:-)
Je me souviens de l'époque où toute ma famille tentait de me persuader qu'en refusant de laisser entrer dans ma maison les pistolets et autres soldats de plomb, je ferais de mon fils aîné un individu perturbé. Mais je n'ai rien lâché. Plein de gosses de l'âge des miens jouent à dézinguer des types sur leurs écrans. Et visionnent des dessins animés qui véhiculent ça, la guerre, ça fait partie de la vie.
Ces mecs qui s'éclatent dans leur hélico, bordel! C'est monstrueux. Ça me tue. Mais ce film, pour moi, c'est pas seulement ça que ça montre.