05 avril 2010

Tao

On me demande pourquoi je vis dans ces montagnes bleues.
Je souris sans répondre.
Mon esprit y connaît a tranquillité.
Les fleurs de pêcher et l'eau des torrents passent sans laisser de trace.
Que ce monde est différent de celui des hommes !


Li P'o (701-762)

6 commentaires:

RAINETTE a dit…

.. sans laisser de trace, de déchets tu veux dire ! Oh que je te comprends ! Ce doit être magnifique à l'année ces montagnes bleues. Tu es privilégiée Françoise.

piedssurterre a dit…

Rainette, ma Belle, descends du ciel.
Je ne vis pas dans des montagnes bleues. C'est juste un court poème plein de sagesse d'un chinois vivant en l'an 750 et ayant atteint la sérénité.
Possiblement moine, d'ailleurs, mais pas nécessairement.
:-)

RAINETTE a dit…

oups, je suis (j'étais)trop terre à terre ce matin. Je n'avais même pas vu que c'était un poaime et de quelqu'un d'autre en plus! Merdouille, c'est jouli :)

Il a raison en disant que le monde de la nature est bien différent de celui des hommes par contre :)

anne des ocreries a dit…

Je tombe (enfin !) ici à 21 h 27, après une journée de dingue, les yeux exorbités, rougis, lasse et glacée ; et j'ai le sentiment de recevoir un bol de thé, bien chaud, assise sur des coussins moelleux, dans la chaleur douce d'un poêle qui rayonne, et je suis bien, mais alors, bieeeeen !
Ah, merci, Framboise !

Yvan a dit…

J'aime.
Merci. :-)

shaton a dit…

Ce n'est pourtant pas qu'un mythe.
Souvent, on me demande "comment faites-vous pour vivre ici ?"
Je souris sans répondre ou je réponds "je suis bien".
Cela devrait suffire mais cela ne suffit pas, l'on me répond "bin je ne sais pas comment vous faites !"
Alors je parle d'autre chose et je suis bien.